TEST Nouvelle loi audiovisuelle : opinion concordante entre grands groupes privés - Blog CableReview

Nouvelle loi audiovisuelle : opinion concordante entre grands groupes privés

Publié le 25 novembre 2019 - 10 h 52 min

Les groupes TF1, M6, Altice ainsi que Canal Plus se sont unis pour exprimer leur opinion vis à vos de la future loi audiovisuelle. Selon ces quatre grands groupes privés, celle-ci les affaiblirait face aux GAFA, à savoir Google, Amazon, Facebook et Apple.

Une crainte réelle

Ce n’est pas un fait tellement habituel dans le monde des télécommunications qui vient d’arriver. En effet, M6, Altice, TF1 et Canal Plus sont main dans la main pour exprimer leur appréhension quant à la future loi audiovisuelle. C’est lors d’un entretien pour le journal Le Figaro que les quatre grands groupes ont donné leur avis. Nicolas de Tavernost pour M6, Gilles Pélisson pour TF1, Alain Weill pour Altice et Maxime Saada pour Canal Plus pensent tous pareil : la future loi audiovisuelle pourrait les désavantager face aux GAFA.

Gilles Pélisson, le PDG de TF1 évoque « l’urgence de la situation« , d’où cette association entre les quatre groupes privés. Il a exprimé sa volonté d’alliance avec les trois autres grands groupes car, selon eux, le projet “nourrit des oppositions structurelles entre la création et les diffuseurs“. Cela serait un danger pour l’exception culturelle française. Alain Weill (Altice) estime que “La loi est totalement aveugle, face à la menace qui pèse sur le secteur de la télévision“. Ils seraient en danger, notamment à cause des plateformes SVOD comme Amazon, Disney+ ou Netflix arrivant « sans obligations » grâce à cette loi.

Alain Weill inquiet au sujet de la future loi audiovisuelle

Une loi inéquitable selon les quatre grands groupes

Mais de quoi relève cette future loi audiovisuelle suscitant autant de craintes ? Justement, ce qui fait peur à TF1, Altice, M6 et Canal+, c’est l’arrivée et la liberté qu’auront les nouvelles plateformes créant du contenu audiovisuel. Maxime Saada (Canal Plus) exprime son impression « d’être considérées comme de simples réceptacles à obligations« . Il met alors en perspective les obligations qui sont imposées aux chaînes de télévision comparées aux plateformes audiovisuelles. « Les obligations des plateformes ne sont que virtuelles » exprime-t-il. Et aucun allègement ne semble se profiler à l’horizon. « Ce qui est financé par les Gafa appartiendra toujours aux GAFA. Et ce que nous financerons appartiendra aussi aux GAFA.« 

Mais ce ne sont pas les seules craintes émises par Canal Plus, TF1, Altice et M6. En effet, Alain Weill a également certaines doutes à propos de la publicité ciblée. Pour lui, « la publicité adressée va être autorisée mais nous n’aurons pas le droit de mettre l’adresse du commerçant local« . Google étant l’acteur numéro 1 de la publicité, les chaînes de télévision françaises « ne récupéreront que les miettes« . Un désavantage certain pour ces chaînes françaises qui se sentent véritablement lésés par cette future loi audiovisuelle.

Nicolas de Tavernost, PDG du groupe M6, annonce également son ressenti. Il réclame « simplement d’avoir des marges de manœuvres similaires à celles des GAFA« . Une volonté d’équité pour ne pas être mis de côté donc. Par exemple, il aimerait obtenir la possibilité de produire dans des conditions similaires à celles des plateformes audiovisuelles. Pour donner plus de poids à ses arguments, Nicolas de Tavernost explique que la France n’a pas encore réussi à créer un grand champion international au niveau de la fiction.

Les quatre grands groupes ont alors mis de côté leurs bisbilles pour aller dans le même sens. « La promesse de simplification n’est pas au rendez-vous. C’est même tout le contraire puisque la réforme aboutit à un choc de complexité», pointe Gilles Pélisson. « Au lieu d’harmoniser les relations, elle nourrit des oppositions structurelles entre la création et les diffuseurs« . 

Les quatre groupes ont aussi annoncé avoir envoyer un courrier à Édouard Philippe dans le but de solliciter un rendez-vous et pouvoir défendre leurs arguments.

Catégories

Plus d'articles de la catégorie TV et médias

Disney+ : enfin disponible !

Disney+ : enfin disponible !

La sortie de la toute nouvelle plateforme de vidéo à la demande de Disney était attendue. Initialement prévue le 24 mars 2020, la sortie de Disney+ a vu son arrivée sur nos écrans seulement aujourd'hui, mardi 7 avril. Un catalogue riche, pour tout le monde, et une...

lire plus
Share This