Problème : l’Europe a consommé l’ensemble de son stock IPv4

Publié le 26 novembre 2019 - 15 h 36 min
Épuisement des adresses ipv4

Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle. Les hébergeurs ainsi que les opérateurs vont devoir se pourvoir de ces fameux numéros IPv4 auprès de ceux qui en ont déjà la possession. Et cela est problématique. En effet, cette situation d’épuisement risque de mettre un sérieux coup de frein au développement de la Toile.

Le seuil a été franchi. C’était un moment dont beaucoup avait peur, et il est arrivé le lundi 25 novembre 2019. À 15h30 heure de Paris très précisément. Le registre européen RIPE NCC a délivré l’ultime bloc d’adresse IPv4 dont il avait la possession dans son groupement d’adresses. Désormais, les opérateurs et les hébergeurs qui auront besoin de telles adresses devront patienter. Ils vont devoir s’inscrire sur une liste d’attente. Cela dans le but hypothétique d’obtenir une petite portion de 256 adresses. Ceux qui en ont déjà bénéficié auparavant, eux, n’ont aucune chance car le RIPE va privilégier les nouveaux acteurs.

L’IPv4, c’est quoi ?

L’IPv4 est la quatrième version du Protocole Internet (IP). C’est la version qui est le plus utilisée aujourd’hui à travers le monde, dans le but de rattacher une adresse IP à un ordinateur. Cette adresse IP est une succession de chiffres décimaux (4 avec l’IPv4), comme par exemple 182.23.178.44.

L’IPv4 est importante. Aujourd’hui encore, l’IPv4 est à la base d’une grosse partie des communications sur la Toile. Elle a été inventée dans les années 1970 et définie par la RFC 791, elle même datée de septembre 1981 (un document qui décrit de façon officielle les spécificités techniques d’Internet).

On annonce le remplacement de l’IPv4 par l’IPv6 depuis 2011. Un remplacement qui devait se faire de manière progressive. Mais avec la multitude du nombre d’ordinateurs étant reliés au réseau internet, l’IPv4 est arrivée à court de possibilités pour offrir des combinaisons d’adresses IP.

Une adresse IPv4

Une situation qui pourrait faire beaucoup de mal à Internet

Il était attendu, mais c’est désormais une réalité à laquelle il va falloir s’adapter. L’épuisement des adresse IPv4 n’est pas vraiment une surprise tant cette situation était prévue. L’ensemble des parties concernées savait qu’un tel scénario allait se produire. L’industrie des télécoms devra à partir de maintenant faire avec cette situation qui pourrait bien faire du mal à l’Internet. « Avec l’épuisement des adresses IPv4, nous risquons d’avancer dans un avenir où la croissance de notre Internet sera inutilement limitée — pas par manque d’ingénieurs réseau qualifiés, d’équipements techniques ou d’investissements — mais par une pénurie d’identifiants réseau uniques. Par conséquent, nous appelons toutes les parties prenantes à jouer leur rôle en soutenant le déploiement d’IPv6 » dit Nikolas Pediaditis, responsable des services de registre au RIPE NCC à travers un communiqué.

Une seule solution : le déploiement de l’IPv6

Pour résoudre ce soucis d’épuisement des adresse IPv4, il n’existe pas 50 solutions envisageables. Alors, l’idée serait de déployer l’IPv6. Cela semble la seule solution viable au problème d’épuisement des adresses. Mais nous en sommes encore loin, car ce protocole ne couvre pour le moment qu’un quart du Web, même si les spécificités techniques sont terminées depuis environ une vingtaine d’années.

Tous les acteurs sont donc forcés de proposer, pour le moment, des connexions IPv4. Il faudra patienter avant que l’IPv6 devienne une véritable alternative au problème. Et en attendant, les acteurs devront se procurer les adresses IPv4 dont ils ont besoin. Ils devront se les procurer auprès de ceux qui en possèdent déjà. Deux options : soit en les achetant, soit en les louant. Un marché sous-marin va alors se mettre en place, avec tous les aléas et les dangers que cela implique. Notamment au niveau de la hausse des prix et de la dépendance par rapport à un fournisseur.

Catégories

Plus d'articles de la catégorie Annonces

Share This